Internationalisme (GCF) - N░ 14 - Octobre 1946 Retour 

QUE SE PASSE-T-IL EN RUSSIE ?

Il y a quelques temps les colonnes des journaux du monde entier étaient remplies de rapports sur la nouvelle campagne d'épuration qui s'est déclenchée récemment en Russie.

Cela a commencé par la production cinématographique où des scénaristes, des metteurs en scène très connus ont été violemment pris à partie. Leur faute consisterait à mettre trop l'accent sur l'initiative des masses, sans souligner suffisamment les hautes qualités des dirigeants dans la défense de la patrie durant la guerre.

La liberté de la critique, comme tout le monde le sait, n'existait pas en Russie, il fallait comprendre que l'initiative n'appartenait pas aux auteurs des articles accusateurs mais qu'ils avaient agi sur ordre supérieur. En effet, quelques jours après, la presse russe publiait une résolution du CC du Parti Communiste à ce sujet. Ce fut le signal d'un déchaînement de campagne de critiques savamment orchestrée, comme cela est typique en Russie. Les dénonciations des "déviations bourgeoises" et de "l'esprit pourri de l'Occident" battent leur (son) plein. Tout un chacun se sent menacé et personne ne peut se dire à l'abri.

Comme un ouragan déchaîné, la "critique" a déferlé sur toutes les branches de l'activité artistique. Du cinéma au théâtre, à la musique, à la production littéraire, à la presse quotidienne d'information, dans l'enseignement, partout où l'on a soudainement découvert des malfaçons, des déformations de l'esprit pur du bolchévisme et de Staline, partout dans tous les domaines on a trouvé des hérétiques à démasquer dans le pur style de la maison, c'est-à-dire que celui qui a dénoncé la veille l'est lui-même aujourd'hui par celui qui le sera à son tour demain.

La Russie de Staline a des traditions à conserver et tout le monde observe scrupuleusement la règle du jeu. Pour qui connaît tant soit peu la façon d'agir de l'Etat "socialiste" russe, il ne pouvait y avoir de doute que nous assistions à l'ouverture d'une grande campagne dont la critique de l'activité artistique n'était que le hors-d'œuvre, le préambule.

En 15 jours on a fini par passer du terrain de l'art à celui du social, le vrai objectif de toute cette campagne. Brusquement on a découvert des vols, des mises en vente illégales de terres de l'Etat appartenant aux kolkhozes. Des dilapidations des avoirs des kolkhozes, machines, semences, bétails, récoltes etc. A la suite de cette campagne, des milliers de fonctionnaires, petits bureaucrates, subalternes, présidents de kolkhozes et secrétaires de cellules ont été déplacés, inculpés, arrêtés.

A quoi vise cette campagne d'épuration ?

Les staliniens, qui ne sont jamais embarrassés quand il s'agit de justifier ce qui se passe en Russie, ne se contentent pas seulement de justifier toutes les mesures les plus draconiennes mais mettent en parallèle l'énergie de la Patrie "socialiste" dans sa lutte contre les défaillants et la mollesse de l'épuration dans les pays capitalistes. On ne saurait douter en toute loyauté de l'énergie dans la répression de la Russie de Staline. Sur ce point, elle peut en montrer beaucoup aux autres pays et même à des régimes d'un Hitler ou d'un Mussolini qui n'ont pas manqué de s'en inspirer.

On sait que la terreur est le fait le plus constant dans la Russie de Staline, on s'explique en conséquence difficilement que, malgré cette terreur "la première du monde", de larges couches de ce peuple le plus policé et le plus surveillé trouve la possibilité de se livrer à des attentats contre l'ordre au point de nécessiter de temps à autre l'organisation de campagne spéciale d'épuration.

Certains journaux socialisants, tel "Combat", se sont efforcés d'expliquer la récente campagne par l'état de mécontentement de la population, mécontentement provoqué par la situation matérielle inhumaine dans laquelle vivent et souffrent les larges masses. Les conditions de vie en Russie - qui étaient déjà, avant la guerre, très inférieures à celles des pays de l'Europe – se sont terriblement aggravées au cours de la guerre. Tout le centre économique de la production des articles de consommation immédiate - l'Ukraine, la Russie blanche, la Crimée et le Donetz – a longtemps été occupé par l'armée allemande et complètement dévasté par des campagnes militaires, par les successives occupations et réoccupations dans les péripéties de la guerre russo-allemande. Il n'y a aucun doute que les articles de consommation directe des masses déjà fortement insuffisants avant, parce qu'ils ne présentaient pas le moindre souci pour les réalisateurs des plans quinquennaux, soient devenus quasi complètement introuvables aujourd'hui à la suite de la guerre et des dévastations. Il n'y aura rien d'étonnant à ce que, dans une situation de disette et de famine, fleurissent d'une part la spéculation, le marché noir et le lucre, d'autre part la tendance des larges masses à se procurer, par tous les moyens possibles et au risque de n'importe quelle répression, le minimum indispensable d'objet de consommation.

Le mécontentement est un fait général en Russie. Il suffit de constater les désertions massives des soldats de l'armée rouge à l'étranger et la résistance de nombreux prisonniers russes au rapatriement dans leur chère "patrie" pour s'en convaincre. La disette dans les villes est à la base de la désertion des ouvriers des usines. Cette désertion a pris de telles proportions que le gouvernement fut obligé de renoncer provisoirement aux simples mesures de contraintes et de promulguer une amnistie générale afin de faire revenir les ouvriers à leur lieu de travail. Il est fort possible dans ces conditions que le gouvernement cherche à dévier le mécontentement, à trouver des bouc émissaires qu'il rend responsables de la pagaille et de la disette. D'autre part il essaie de mettre un terme à un relâchement de la discipline dans le domaine de la production et surtout dans le domaine de la circulation des produits de première nécessité. Des millions d'êtres abandonnés souvent à leur propre sort pendant des mois durant la guerre ont pris l'habitude de se débrouiller comme ils pouvaient et de procurer le nécessaire par le troc direct et par leur propre production individuelle. Il n'y a rien d'étonnant à ce que la population paysanne ait partagé des propriétés d'Etat ou des kolkhozes : la terre, les moyens de production et le bétail.

Certainement que de telles dislocations de kolkhozes donnaient lieu à des abus nombreux de la part des présidents ou autres fonctionnaires bureaucrates, s'arrogeant le droit de propriétaire et procédant à des mises en vente à leur propre bénéfice.

Les témoignages que nous avons pu recueillir de personnes revenant récemment de ce pays de cocagne concordent tous pour souligner qu'il n'y a peut-être pas un autre pays en Europe où règnerait, comme en Russie, dans tous les actes de la vie, le système de pots de vin au point qu'il constitueraient la source principale et souvent unique des revenus des citoyens.

On comprend que l'Etat, unique propriétaire en Russie, ne puisse s'accommoder longtemps de cet état de choses où le gaspillage lui apparaît avant tout comme une atteinte à ses intérêts de propriétaire. Sous le prétexte de ramener de l'ordre dans la vie économique, il s'agit uniquement de son ordre à lui, c'est-à-dire de reprendre le contrôle de la vie économique qui lui a particulièrement échappé, et soumettre toute la population à une rigoureuse discipline de travail en vue de leur exploitation maximum dans son intérêt. Il faut se rappeler que la Russie a subi de terribles destructions. Pour tenir sa place de grande puissance antagoniste des Etats-Unis, l'Etat russe doit au plus vite rétablir sa puissance économique et industrielle. Son désavantage financier et matériel par rapport aux Etats-Unis, l'Etat russe tente de le compenser d'une part par une politique de pillage effréné dans les pays de l'Europe orientale et balkanique occupés par lui et, d'autre part, par la mise en esclavage absolu, par l'exploitation poussée à la limite extrême des grandes masses de sa population à l'intérieur.

Les trotskistes, si jamais ils se décident à en parler (n'oublions pas que cela peut porter atteinte au prestige de "l'Etat ouvrier" et par suite compromettre "la défense des conquêtes d'Octobre"), verront sans doute dans cette campagne d'épuration l'expression d'un réveil des masses ouvrières russes contre l'appareil stalinien. Cette façon de voir toujours dans la répression sanglante de l'Etat stalinien un acte préventif face à un réveil sourd mais menaçant des masses ouvrières est une vue schématique qui ne repose absolument sur rien. Déjà en 1934 Trotsky voulait absolument voir dans l'attentat de Kirov et la répression qui a suivi la manifestation d'un esprit anti-stalinien dans la classe ouvrière. Dans le même sens il interprétait les ignobles procès de Moscou. Sur ce point, comme sur bien d'autres, Trotsky s'est absolument trompé. Malheureusement pour le prolétariat international les ouvriers russes se sont trouvés en 1934-36 et se trouvent encore aujourd'hui dans l'impossibilité absolue de manifester la moindre volonté de lutte. La conscience révolutionnaire du prolétariat russe a été brisée et anéantie par l'Etat stalinien a un degré bien plus grand que n'a pu le faire aucun autre Etat dans aucun autre pays. Tout laisse craindre que les ouvriers russes ne parviendront à reprendre leur chemin de classe qu'à la suite de tourmentes révolutionnaires dans les autres pays de l'Europe et, en premier lieu, à la suite d'une entrée en lutter du prolétariat allemand. La Russie peut justement jouer son rôle, dans le monde, de bastion du capitalisme et la plus grande force de la contre-révolution que parce qu'elle est parvenue à détruire plus profondément la conscience de classe du prolétariat russe, que parce qu'elle est assurée momentanément de son apathie et de son concours.

Une explication dans le genre trotskiste serait dénuée de tout fondement et reposerait sur une illusion trompeuse. Une telle illusion, s'intercalant dans une appréciation générale erronée de la situation internationale et des rapports de force des classes dans le monde, ne peut qu'obscurcir encore un peu plus la vision de la réalité et des perspectives qui apparaissent extrêmement graves. Les révolutionnaires ne se divisent pas en pessimistes et optimistes. Ils n'ont que faire de ces classifications sentimentales et encore moins d'une recherche de consolation. Ils n'ont que l'examen de la réalité pour guide et la volonté d'intervenir dans cette réalité afin de contribuer, dans la mesure de leur force, à la déterminer dans le sens de la Révolution prolétarienne.

Pour revenir à la Russie, il faudrait abandonner "la façon de voir ce qu'on voudrait" et voir ce qui est. Il y a d'abord un aspect social qui présente un intérêt colossal : la façon originale de la constitution de la classe dirigeante dans un système de capitalisme d'Etat. A l'encontre du capitalisme classique - où la classe exploiteuse se constitue en tant que classe sur la base de la possession privée des moyens de production, ce qui est valable aussi bien pour les individualités en tant que membres de cette classe, qui restent capitalistes que dans la mesure où ils parviennent à se maintenir dans leur situation sociale -, la formation de la classe exploiteuse dans le régime de capitalisme d'Etat ne peut se faire sur la base de la possession privée. Si pour la classe dans son ensemble, dans son entité, cela ne représente pas de modifications fondamentales, les moyens de production continuant à fonctionner comme capital en vue de la production de la plus-value au bénéfice collectif de la classe, il n'en est pas de même en ce qui concerne la sélection individuelle. Ici les modifications sont très profondes.

Dans le régime capitaliste classique, chaque capitaliste prélève dans la plus-value générale au prorata de son capital. En régime de capitalisme d'Etat, cette base fait défaut. On saisit toute la complexité du problème qui jusqu'à aujourd'hui ne permet pas de distinguer très nettement les critères déterminant la position sociale de l'individu susceptible de s'élever de la condition de prolétaire à celle d'un haut bureaucrate, ou de chuter du jour au lendemain d'une position privilégiée d'un chef de l'Etat à celle de prisonnier esclave. L'absence de lois strictement économiques réglant la position sociale de l'individu crée entre les membres de la classe dirigeante (et de ceux qui tendent à y parvenir) une lutte féroce. D'autant plus que les lois qui conditionnent la position sociale sont plus obscures, plus confuses et plus instables.

Sans vouloir, dans le cadre de cet article, examiner plus à fond cette question dont l'étude est d'un intérêt capital, il faut cependant avoir constamment en vue cet aspect social de la formation de la classe pour comprendre les événements sanglants qui se produisent dans le régime stalinien, comme ils se sont également manifestés en Allemagne. L'épisode de la liquidation physique de toute la clique de Röhm par celle de Hitler ; la liquidation en Russie des Iagoda, des Iejov et de tant d'autres fonctionnaires de l'appareil d'Etat et de l'armée sont de même nature et ne peuvent avoir d'autre signification.

Mais cette lutte constante, à travers laquelle s'opère d'une façon originale et quelque peu instable la sélection de la classe dirigeante, reste toutefois secondaire par rapport à l'unité profonde de ses intérêts de classe et d'Etat qui se manifeste, dans une solidarité plus grande que jamais, face aux autres classes qu'elle soumet à une surexploitation économique et à une domination politique absolue et tyrannique.


La guerre moderne est essentiellement une guerre de matériel, de résistance économique et de capacité de production. L'art de la guerre : la stratégie militaire a été détrônée par la technique et l'organisation de la production des engins de guerre. La guerre a cessé d'être exclusivement militaire pour devenir en quelque sorte "civile" dans la mesure même où toute la vie civile de la société est militarisée et désormais basée entièrement sur la guerre et la destruction. Les tranchées d'autrefois sont remplacées aujourd'hui par les usines et l'ouvrier se substitue au soldat pour devenir le fondement de l'armée moderne 1.

Bien plus importante que la préparation et la formation militaire, s'impose aujourd'hui à tout Etat appelé à prendre place dans la guerre la mise au point de son appareil industriel où la mobilisation et l'organisation de la main d'œuvre joue le rôle prépondérant. Cette vérité fut hautement comprise par l'Allemagne hitlérienne et la Russie stalinienne. Cette organisation de la main d'œuvre, minutieusement préparée pendant des années, a permis à l'une et à l'autre d'accomplir des miracles de résistance devant les coups les plus durs durant la deuxième guerre mondiale. L'expérience l'a par la suite confirmée. Le point faible de l'Allemagne, le point qui en cédant devait entraîner rapidement la défaite de l'impérialisme allemand fut non pas son infériorité militaire ou les erreurs stratégiques, ni même ses difficultés d'approvisionnement en matières premières nécessaires à sa production de guerre, ni la pénurie de matières alimentaires mais avant tout le manque de main d'œuvre et l'affaiblissement du "bon moral" entraînant le relâchement de la discipline et la défaillance des troupes. Sur ce plan, le système de Staline s'avérait bien plus perfectionné que celui d'Hitler.

La Russie sort très dévastée de la guerre. Elle a beaucoup à reconstruire. Elle a perdu officiellement 17 millions d'hommes. Mais surtout, dans la conjoncture politique immédiate de préparation hâtive du prochain conflit mondial russo-américain, la Russie n'a pas un instant à perdre. Elle doit au plus vite mettre au point son appareil défensif et offensif et, en tout premier lieu, achever et parfaire la mobilisation de sa main d'œuvre.

Nous avons vu quel rôle décisif a joué la mobilisation de la main d'œuvre durant la guerre pour tous les pays mais c'est encore en Russie qu'elle a avait été poussée le plus loin. Ce que Hitler ne pouvait faire qu'à travers la guerre, quand il disposait de millions de prisonniers de guerre qui lui permettait de pratiquer en grand les déportations massives pour transformer cette masse d'hommes en un immense réservoir de main d'œuvre, véritable armée industrielle, Staline l'a accompli avec moins de bruit et plus de méthode bien avant la guerre. En 1939, la Russie comptait le chiffre ahurissant de 20 millions de prisonniers politiques et administratifs, véritable armée d'esclaves sans aucun droit, à la disposition absolue de l'Etat.

Kravachenko – ce haut fonctionnaire d'Etat stalinien qui, profitant de son séjour aux Etats-Unis vers la fin de la guerre pour rompre avec le gouvernement russe – raconte dans son livre l'anecdote suivante : "Pendant les années de la guerre, tous les commissariats étaient amenés à assiéger la GPU par leur réclamation de main d'œuvre dont ils avaient besoin dans leurs secteurs particuliers." La GPU disposait de 20 millions d'hommes qui était le réservoir de la main d'œuvre, nerf principal de la guerre dont dépendait toute la vie économique. Les demandes suivaient un rythme accéléré à tel point que la GPU ne parvenait plus à les satisfaire et un jour un des chefs de la GPU finit par se plaindre en ces termes devant Kravachenko : "Que voulez vous, il faut reconnaître que nous n'avons pas suffisamment accompli notre plan d'emprisonnement." Aussi invraisemblable que puisse paraître une telle boutade par sa monstruosité, elle exprime parfaitement le véritable sens de toutes les campagnes d'épuration qui ont lieu en Russie. Le demi esclavage de tout le prolétariat russe ne suffit pas. Il faut que le gouvernement puisse disposer de vrais esclaves, absolument hors-la-loi et en nombre de plus en plus grand.

La campagne de dékoulakisation et d'épuration des années 1933-36 ont donné au gouvernement russe 20 millions d'esclaves. La guerre a décimé les rangs qu'il importe de compléter. Pour la prochaine guerre il faudra davantage. C'est sur l'immense masse des paysans que le gouvernement compte prélever les contingents nécessaires d'esclaves. En Russie où les mots n'ont pas leur signification courante, où la tyrannie la plus hideuse s'appelle "la démocratie la plus parfaite du monde", où un assassin s'appelle "le bien aimé père des peuples", la campagne de recrutement d'esclaves indispensables pour la conduite de la prochaine guerre impérialiste s'appelle l'épuration et la vigilance socialiste.


Toutes les manifestations de la vie politique et diplomatique internationales expriment une exacerbation des antagonismes inter-impérialistes et leur évolution vers le conflit armé.

La récente Conférence des 21, appelée ironiquement la Conférence de la Paix, était une excellente occasion d'étalage de la préparation à la guerre. Nous n'avons aucun mérite en le disant et nous n'avons pas besoin de prendre la peine d'en faire la démonstration. Toute la presse bourgeoise du monde entier n'a rien fait d'autre, pendant des semaines, que de reproduire les déclarations d'hostilité impérialiste que tous les chefs d'Etat étalent au grand jour, sans même prendre la précaution de les couvrir de l'hypocrisie diplomatique habituelle.

Mieux encore ! Les grandes puissances qui dominent le monde, trouvant le Palais du Luxembourg trop étroit, ont préféré les grandes tribunes pour faire éclater leurs convictions belliqueuses et prêcher la croisade pour la prochaine guerre. Churchill, porte-parole officieux de l'impérialisme anglais, se promène à travers le monde la torche à la main. Son dernier exploit est son discours de Zurich où il convie la France à s'entendre avec l'Allemagne. la deuxième guerre anti-allemande est finie, la troisième entre l'Occident et l'Orient est à l'ordre du jour. Byrnes, s'ennuyant dans les commissions de la Conférence de la Paix, s'adresse de Stuttgart à l'Allemagne et au monde. Pour lui aussi, ce n'est pas vers le passé (la guerre d'hier) qu'il faut se tourner. Le général Smuts rend visite à l'Etat-major des Etats-Unis et au président Truman ; Eisenhower, à son tour, avertit le monde. Jusqu'au général De Gaulle, ce grand petit homme, qui se remue et s'agite. Le monde capitaliste est conscient de la marche inévitable vers la 3ème guerre et le manifeste bruyamment.

Dans cette atmosphère générale, il se trouve des hommes politiques qui voudraient non pas arrêter l'inévitable, ce qui n'est pas en leur pouvoir ni dans leur intention, mais préconisent une voie moins brutale qui essaient d'éloigner l'échéance par une diplomatie plus subtile et une politique plus nuancée. C'est surtout en Amérique que nous assistons à de telles manifestations où des hommes d'Etat de l'impérialisme Yankee ne verraient pas sans déplaisir l'Angleterre subir le poids de la situation internationale, au dépens de qui on pourrait continuer à se faire engraisser en attendant le règlement de l'antagonisme fondamental russo-américain remis à un peu plus tard. C'est en quelque sorte un néo-Munich que Wallace et ses partisans préconisent. Mais il ne semble pas que la situation internationale soit favorable à cette politique. Le match Byrnes-Wallace s'est terminé par la victoire du premier, c'est-à-dire par la victoire de la politique rigide, brutale, offensive et l'écartement, forme d'épuration dans le style américain, du dernier.

Ce tiraillement de tendance n'est pas un produit uniquement américain. On le trouve dans tous les pays, y compris la Russie, et il se solde, dans tous les pays la Russie compris, par l'avantage et le renforcement des tendances à la politique moins hésitante et plus agressive. En Russie, Wallace s'appelle Litvinov et Byrnes se traduit par Molotov-Vichynski. Cette dernière est la doctrine du gouvernement. L'unique différence avec les Etats-Unis et l'Europe capitaliste c'est que dans le pays du capitalisme d'Etat tout échec d'une politique entraîne pour ses protagonistes des conséquences plus fâcheuses. Toukhatchevski et les autres généraux ont payé de leur vie le changement d'orientation de la politique extérieure de l'Etat russe. Il est fort possible que, dans les sphères dirigeantes qui ont subi l'influence occidentale dans leur contact avec les armées anglo-saxonnes, se trouvent à nouveau des Toukhatchevski. Cela n'aura rien d'étonnant. Dans ce cas l'épuration sera poursuivie sans merci comme elle le fut en 1933. En partie, la campagne actuelle d'épuration en Russie est un pendant des éliminations et démissions aux Etats-Unis.

Dans l'une comme dans l'autre, elles ont ceci de commun qu'elles présentent un épisode de la préparation à la troisième guerre impérialiste mondiale.

Marco.


Notes:

1 Profitons de l'occasion pour dire en passant combien plus surannée encore nous semble l'attitude de l'objecteur de conscience. Le refus individuel n'a jamais pu être pris comme solution à un problème qui est essentiellement social et, partant, ne peut être résolu que par l'action collective de la lutte de classe. Aujourd'hui le refus individuel de répondre à l'appel ne met même pas à l'abri, en tant qu'acte moral, la conscience personnelle. Seule une illusion consolatrice mais absolument trompeuse peut aujourd'hui trouver à faire une distinction entre le fait de fabriquer la bombe et celui de la lancer. Cette distinction existe uniquement en tant que spécialisation dans la division du travail mais n'a pas d'autre valeur économique ni politique surtout en tant que démonstration individuelle.


[Fraction interne du CCI]