Internationalisme (GCF) - N░ 1 - Janvier 1945 Retour 

EXTRAIT DE LA RESOLUTION SUR LES TACHES SYNDICALES

Notre plateforme syndicale

  1. Prise de position contre la guerre impérialiste.

  2. Lutte contre l'inféodation du syndicat à l'Etat (Charte d'Amiens).

  3. Lutte contre le chômage : réouverture des usines fermées, relèvement des allocations par rapport à la hausse du coût de la vie ; au travers de notre presse, explication de l'impossibilité pour la bourgeoisie de résoudre ce problème et de la solution révolutionnaire du chômage.

  4. Prise de position contre toutes les formes, camouflées ou non, de collaboration de classes : comités de gestion, commissions mixtes etc.

  5. Améliorations des conditions de vie des ouvriers ; relèvement des salaires par rapport au coût de la vie et dénonciation de la politique de hausse des prix ; augmentation des rations alimentaires des travailleurs ; même salaire pour les femmes que pour les hommes : travail égal, salaire égal.

  6. Montrer le vrai caractère des nationalisations, substitution de l'Etat capitaliste au capitaliste individuel, c'est-à-dire remplacement par un patron plus puissant de l'ancien patron relativement isolé.

  7. Indépendance complète des syndicats vis-à-vis de l'Etat ; défense des méthodes directes de lutte sans ingérence des autorités bourgeoises.

  8. Comités d'usine élus démocratiquement à la place des anciens délégués recevant seulement les cotisations, hommes de confiance etc.

  9. Les syndicats ne doivent pas appuyer des organismes tels que les Milices Patriotiques qui ne défendent pas les intérêts du prolétariat.

  10. Contre la formation de syndicats spéciaux pour les travailleurs étrangers ; tous les travailleurs sans distinction d'âge, de sexe ou de nationalité dans les mêmes syndicats et avec des droits égaux.

  11. Lutter, dans la limite permise par les conditions de répression idéologique et physique imposées par le gouvernement et ses valets, les dirigeants syndicaux, pour la liberté de constitution des fractions politiques dans les syndicats.

Les militants de la GCF ne peuvent accepter des postes responsables que dans les organes de base élus directement par les ouvriers et en aucun cas dans les organes de direction élus au second degré ; ceci, bien entendu, dans le cas où la politique des fractions syndicales communistes est minoritaire.


[Fraction interne du CCI]